search | contact us


 

Note: The following announcement was sent to the CSES email list. To receive notices like this one by email, please join the CSES email list using our convenient web form. Or, send an email to cses@umich.edu and let us know you would like to join.


Dear CSES Colleagues,

We are pleased to announce a Comparative Study of Electoral Systems (CSES) conference on Sunday, September 6, 2009 at the University of Toronto. The conference is free and open to the public. An agenda and abstracts are found below my signature in this email. Please note that at the end of the conference, a short meeting will be held concerning the CSES book series with Oxford University Press.

Best regards,
-Dave
David Howell
Director of Studies, CSES

-----

Comparative Study of Electoral Systems (CSES) Conference
Sunday, September 6, 2009

LOCATION

The University of Toronto's Munk Centre for International Studies
Vivian & David Campbell Conference Facility
1 Devonshire Place, Toronto, Ontario, Canada M5S 3K7

SPONSORS

Elections Canada
University of Toronto
Center for the Study of Democratic Citizenship, McGill University
American National Science Foundation
Center for Political Studies, University of Michigan

AGENDA

Sunday September 6

09:00 - 09:30 Introductions

09:30 - 12:30 Session I: Turnout

12:30 - 13:30 Lunch

13:30 - 16:30 Session II: Youth and Generations

16:30 - 17:00 Wrap-up

17:00 - 18:00 Oxford University Press Book Series Meeting

ABSTRACTS

"Electoral Supply and Voter Engagement"
Miki Caul Kittilson, Arizona State University (Miki.Kittilson@asu.edu)
Christopher J. Anderson, Cornell University (christopher.anderson@cornell.edu)

Research on voter participation often focuses on the costs of voting. However, beyond structuring costs, electoral institutions also shape potential benefits and pull citizens into the democratic process. We argue that, by shaping the range and diversity of choices available to voters, electoral institutions can make voting meaningful, especially for particular segments of the electorate. Our findings suggest that a differentiated electoral supply exerts a more powerful influence over voter engagement than a more numerous supply, and these effects are both indirect and contingent. First, the electoral supply has an indirect effect on turnout by shaping civic attitudes and mobilization behavior conducive to turnout. In particular, clearer choices among parties boost civic attitudes, such as feeling represented by parties and that one's vote matters, and they enhance voter mobilization. Second, a differentiated electoral supply has a contingent effect on turnout by conditioning the effects of civic orientations and mobilization on voter participation. Citizens who feel represented by a party are more likely to vote if they live in countries where parties present more differentiated policy profiles.

"The Consequences of Critical Citizens for Civic Engagement"
Pippa Norris, Harvard University (pippa_norris@harvard.edu)

In recent decades an accumulating body of evidence suggests that citizens in the United States and Western Europe have grown more distrustful of politicians, detached from parties, and doubtful about public sector institutions, although simultaneously continuing to endorse democratic ideals. A burgeoning body of cross-national data elsewhere -- in Latin America as well as Post-Communist states, in Sub-Saharan Africa as well as Asia and the Middle East - suggests that many citizens around the globe share similar sentiments. This phenomenon represents the rise of 'critical citizens', which is conceptualized here, most simply, as those who simultaneously aspire to democratic values as the ideal form of government yet who remain skeptical when evaluating how politicians and governance institutions work in practice. Far from a small minority, as we shall demonstrate, today many people worldwide fall into this category.

Why does this development matter? There are ambivalent interpretations about the potential consequences. It is often assumed that growing cynicism about government will deter conventional political participation and civic engagement. Ever since Almond and Verba, an extensive body of evidence has examined how social psychological attitudes influence why and how citizens choose to engage in public affairs. Hence positive feelings of institutional confidence in parties, legislatures and governments are widely believed to strengthen conventional activism, exemplified by voting participation, party membership, and belonging to voluntary associations. Conversely, indicators such as falling voter turnout and declining party membership in established European democracies are commonly regarded as signs of citizen disenchantment or cynicism about politics. Yet in fact the actual evidence linking indicators of support of the nation-state, its agencies and actors with patterns of conventional activism is far from straightforward; anger with governing parties may indeed potentially depress electoral turnout, but alternatively it may instead mobilize people to vote to throw the rascals out and to become more deeply engaged with opposition movements. This study, part of a forthcoming new book, examines CSES survey data and uses multilevel models to understand the impact of critical citizens on civic engagement in countries worldwide.

"Does Proportional Representation Boost Turnout: A Political Knowledge-based Explanation."
Henry Milner, Université de Montréal (Henry.Milner@umontreal.ca)

Franklin et al (1995), in their analysis of turnout variations in elections to the European Parliament, conclude with a statement at the heart of the approach taken here: "Turnout seems above all to be affected by voters' awareness of the consequences of their decisions." In other words, the more their institutions are able to simplify the relationship between their actions and political outcomes, i.e. the lower their cost of political knowledge, the more political systems will foster citizens at the margin turning out to vote. When this principle is applied to political institutions generally, it can be expressed as coherence versus fragmentation. Other things being equal, countries that disperse power between President and Parliament, between two chambers in a parliament (see Arnold 2007), and between central and regional governments in a federation, are reducing the potential for citizens' awareness of the relationship between actions and outcomes. Presidential systems, federal systems and bicameral legislatures, whatever their other benefits, render the link between one's choice as a voter and its institutional effect less visible and comprehensible. While they may not be appropriate in large, pluralistic countries for other reasons, unitary, unicameral, parliamentary systems reduce the cost of gaining the knowledge necessary to cast an informed vote or otherwise participate meaningfully in politics.

"Economic Inequality and Electoral Participation. A Cross-Country Evaluation"
Antonio M. Jaime-Castillo, University of Granada and ASEP (amjaime@ugr.es)

Empirical research has showed that electoral engagement is positively correlated with income at the individual level. At the same time, the aggregate relationship between income inequality and electoral turnout is not clear. While most studies show a negative impact of inequality over turnout, some others have found no relationship at all, and some others even suggest a positive impact. In this paper I argue that more fine-grained research is needed to understand this relationship. Firstly, standard measures of inequality, such as the Gini index, do not seem to be adequate to study the effect of inequality over turnout, given that changes in the Gini index may reflect either a change at the top or at the bottom of the income ladder. For that reason, alternatives measures, such as the ratio of income of the richest to the poorest quintile need to be tested. Secondly, differences in electoral engagement by income may be affected by the set of political alternatives available in each country, as well as many other institutional factors that have been tested in the literature. I hypothesize that when the polarization between parties on economic and social issues is high, that will induce a higher electoral turnout, given that voters will be highly motivated to avoid the undesired outcome. In order to test these hypotheses, I use data from CSES (Round 2) as well as aggregate data about political platforms in each country. A set of multilevel techniques have been used to understand the influence of contextual factors on electoral participation at the individual level. These results are also compared with estimated dependent variable (EDV) procedures. Preliminary results show that different measures of income inequality may dramatically change the relationship between inequality and electoral turnout. On the other hand, differences in reported turnout by income groups largely vary across countries. Finally, features of the party system, such as party polarization on economic issues, seems to be correlated with the differences in reported turnout by income groups.

"Voter Preregistration Programs"
Michael P. McDonald, George Mason University (mmcdon@gmu.edu)

This report is an examination of Florida's and Hawaii's 'preregistration' programs, which permit eligible persons as young as sixteen years old to register to vote so that they are registered when they attain voting age. Thousands of young people in these states take advantage of preregistration, and it appears to have positive and persisting long-term effects on their voting propensities. Based on interviews with election administrators and data analysis, preregistration is recommended to be best implemented as a component of a broader program of student civic education and student poll worker recruitment. Preregistration achieves most success when election officials and educators act as partners. A major impediment of these programs is that participation by educators is voluntary. As policy makers consider how to implement preregistration programs elsewhere, ensuring participation by educators, such as requiring preregistration as a component of a mandatory high school civics curriculum, will likely result in the most robust implementation.

"Youth and Participation in the Political Process in South Asia (with a special focus on India)"
Sandeep Shastri, Jain University and Lokniti (sshastri@eth.net)

The participation and role of the youth in the political process assumes significance for countries in South Asia given the fact that the countries of this region have an increasingly younger population. In the countries of South Asia used is generally defined as those in the 14 to 34 age group. The paper draws its conclusions from two important studies - State of Democracy in South Asia Study (which covers Bangladesh, India, Nepal, Pakistan and Sri Lanka) and the Indian Youth Study.

The paper discuses the fact that youth in South Asia buck the global trend of declining interest in politics. They not only show a high level of interest in politics, there is also no decline in this interest across generations. There is a reasonably high level of participation in all forms of politics - direct, indirect, formal or non-formal - as well among the youth. Their trust in democracy is also significantly high. Educational levels and media exposure appear to clearly influence their reflections on democracy and politics. The importance of other demographic differences is also discussed at length.

"The Direct and Indirect Determinants of Electoral Participation. New Insight from Structural Equation Modeling."
François Gélineau, Université Laval (francois.gelineau@pol.ulaval.ca)
Alexandre Morin-Chassé, Université Laval

The extant literature on voter turnout in the Canadian context has explored the individual determinants of the phenomenon mostly in federal elections. Only few attempts have been made to study political participation in the Canadian provinces. What is more, most of the published work leaves us with unanswered questions. For example, we know that both age and cynicism directly affect turnout. Accordingly, we know that young voters and more cynical citizens have a lower propensity to vote. Yet, it is not clear whether young voters vote less because they are more cynical. Using public opinion data collected after the 2008 Quebec elections and on the basis of structural equation modeling, the proposed paper will seek to develop a broader understanding of the individual mechanisms of electoral participation. Preliminary factor analysis suggests that young Quebecers are significantly less cynical then their elders, but that they lack interest in politics and have little confidence in democratic institutions. Untangling this puzzling combination of attitudes and assessing how it affects participation is necessary to get a better understanding of the recent decline in voter turnout.

"Family, Religion and Electoral Participation in Canada: An Intergenerational Comparative Analysis".
Livianna S. Tossutti, Brock University (ltossutti@brocku.ca)

Using data from the 2002 Ethnic Diversity Survey of more than 41,000 Canadians, this paper explores the role of family and religious-based ties in bringing first, second and third generation Canadians into municipal, provincial and federal electoral processes. Comparative research suggests that the impact of these important agents of childhood socialization hinges on the context in which religious and family life unfolds. Two principal findings emerged out of our analysis of the impact of religiosity, religious behaviour, family contacts and family trust on the probability of voting in local, provincial and national elections in Canada. First, the impact of these socialization agents varies across different generational groups, and second, family ties are relatively weak facilitators of voting across all generational groups. Within the general population, frequent religious worship in solitary and/or institutional settings increased the likelihood of turnout in all three types of elections, even after controlling for other demographic and attitudinal factors that are known to influence electoral participation. Conversely, expressing higher levels of trust in one's family members reduced the probability of voting in subnational elections, with all else equal.

-----

Conférence du CSES sur les systèmes électoraux Le dimanche 6 septembre 2009

Nous avons le plaisir d'annoncer la tenue d'une conférence organisée par le CSES (Comparative Study of Electoral Systems) le dimanche 6 septembre 2009 à l'Université de Toronto. La conférence est gratuite et ouverte au public. Vous trouverez ci-dessous le programme et les résumés des présentations.

Lieu

Munk Centre for International Studies
Université de Toronto
Centre de conférences Vivian & David Campbell
1, place Devonshire
Toronto (Ontario) M5S 3K7

Commanditaires

Élections Canada
Université de Toronto
Centre pour l'Étude de la Citoyenneté Démocratique, Université McGill
American National Science Foundation
Center for Political Studies, Université du Michigan

Programme

Le dimanche 6 septembre

9 h - 9 h 30 Mot de bienvenue

9 h 30 - 12 h 30 Session I : Taux de participation
12 h 30 - 13 h 30 Repas

13 h 30 - 16 h 30 Session II : Jeunesse et générations

16 h 30 - 17 h Conclusion

17 h - 18 h Rencontre sur la collection CSES des Presses de l'Université d'Oxford

La conférence sera suivie, dans une salle de repos, d'une brève rencontre portant sur la collection CSES des Presses de l'Université d'Oxford, dont le premier volume vient d'être publié sous la direction de Hans-Dieter Klingemann. Les directeurs de la collection, Hans-Dieter Klingemann et Ian McAllister, discuteront des ouvrages à venir avec les auteurs et les auteurs potentiels. Toute personne désireuse de publier un livre dans la collection ou d'en savoir davantage sur celle-ci est invitée à assister à la rencontre.

Résumés

Electoral Supply and Voter Engagement
[L'offre électorale et l'engagement de l'électeur]
Miki Caul Kittilson, Université d'État de l'Arizona (Miki.Kittilson@asu.edu)
Christopher J. Anderson, Université Cornell (christopher.anderson@cornell.edu)

Les recherches sur la participation électorale se concentrent souvent sur les coûts du vote. Toutefois, au-delà des coûts structurels, les institutions électorales créent des avantages potentiels et amènent les citoyens à prendre part au processus démocratique. Nous pensons qu'en définissant la portée et la diversité des choix offerts aux électeurs, ces institutions peuvent faire du vote un acte significatif, particulièrement pour certains groupes de l'électorat. Selon nos recherches, une offre électorale diversifiée exerce une influence plus forte sur l'engagement de l'électeur qu'une offre électorale abondante, et ces effets sont à la fois indirects et variables. Premièrement, l'offre électorale a un effet indirect sur le taux de participation en façonnant les attitudes civiques et les comportements mobilisateurs qui favorisent la participation électorale. Un choix plus clair entre les partis, en particulier, stimule les attitudes civiques, notamment le sentiment d'être représenté par un parti et que son vote compte, et il favorise la mobilisation de l'électeur. Deuxièmement, une offre électorale différenciée influence la participation en rendant les effets des orientations et de la mobilisation civiques conditionnels à la participation de l'électeur. Les citoyens qui se sentent représentés par un parti sont plus susceptibles de voter s'ils vivent dans un pays où les partis présentent des profils politiques diversifiés.

The Consequences of Critical Citizens for Civic Engagement
[Les citoyens critiques et leur impact sur l'engagement civique]
Pippa Norris, Université Harvard (pippa_norris@harvard.edu)

Au cours des dernières décennies, les preuves se sont accumulées : de plus en plus, les citoyens des États Unis et de l'Europe de l'Ouest se méfient des politiciens, se distancient des partis et doutent des institutions publiques, tout en continuant à souscrire aux idéaux démocratiques. Les données émergentes venant d'autres pays (Amérique latine, anciens pays communistes, Afrique subsaharienne, Asie et Moyen-Orient) portent à croire que de nombreux citoyens, dans le monde entier, partagent ces sentiments. Nous assistons à la naissance d'une classe de << citoyens critiques >> que nous définissons ici simplement comme ceux qui aspirent à une forme de gouvernement idéal basé sur des valeurs démocratiques, mais restent sceptiques lorsqu'ils évaluent la façon dont les politiciens et les institutions gouvernementales fonctionnent. Comme nous allons le démontrer, il ne s'agit pas d'une petite minorité : cette catégorie rassemble beaucoup de personnes partout dans le monde.

En quoi ce développement est-il important? Les interprétations sur les conséquences possibles sont ambivalentes. On présume souvent que le cynisme croissant envers le gouvernement nuit à la participation politique et à l'engagement civique conventionnels. Depuis Almond et Verba, on a beaucoup étudié l'incidence des attitudes sociopsychologiques sur la participation citoyenne. Par conséquent, on pense généralement que les sentiments positifs de confiance envers les partis, les assemblées législatives et les gouvernements renforcent le militantisme traditionnel, par exemple la participation électorale et l'appartenance à un parti ou à une association bénévole. En revanche, des indicateurs comme la diminution du taux de participation électorale et du taux de recrutement des partis dans les démocraties établies d'Europe sont généralement perçus comme des signes de désillusion ou de cynisme politique de la part des citoyens. Pourtant, la relation entre le militantisme traditionnel et les indicateurs de soutien envers l'État-nation, ses organismes et ses acteurs est loin d'être clairement établie. Il est effectivement possible que la colère envers les partis au pouvoir nuise à la participation électorale, mais elle peut tout aussi bien pousser la population à se mobiliser pour << mettre les indésirables à la porte >> et à s'engager davantage dans les mouvements d'opposition. Dans l'étude que nous présentons et qui fera partie d'un ouvrage à venir, nous analysons des données du CSES et utilisons des modèles à plusieurs niveaux afin de comprendre l'influence des citoyens critiques sur l'engagement civique dans le monde.

Does Proportional Representation Boost Turnout? A Political Knowledge-based Explanation
[La représentation proportionnelle fait-elle grimper le taux de participation? Une explication fondée sur le savoir politique]
Henry Milner, Université de Montréal (Henry.Milner@umontreal.ca)

Dans leur étude sur les taux de participation aux élections au Parlement européen, Franklin et al. (1995) concluent sur cette réflexion qui est au cœur de l'approche adoptée ici : << Avant tout, le taux de participation semble être affecté par la conscience qu'ont les électeurs des conséquences de leurs décisions. >> Autrement dit, plus leurs institutions établiront une relation simple entre les actes des citoyens et les résultats politiques (plus le prix du savoir politique est bas), plus les systèmes politiques inciteront les citoyens marginaux à voter. Ce principe appliqué aux institutions politiques en général peut se traduire par l'opposition entre cohésion et fragmentation. Toutes choses étant égales par ailleurs, dans les pays où le pouvoir est réparti entre la présidence et le Parlement, entre deux chambres d'un parlement (Arnold, 2007) et entre les gouvernements central et régionaux d'une fédération, les citoyens sont moins susceptibles de connaître la relation entre leurs actes et leurs résultats. Les systèmes présidentiels, les systèmes fédéraux ou les législatures bicamérales, quels que soient leurs autres avantages, rendent le lien entre le choix de l'électeur et son effet institutionnel moins visible et moins compréhensible. Même si, pour différentes raisons, ils ne conviennent pas nécessairement à de grands pays pluralistes, les systèmes parlementaires unitaires et unicaméraux réduisent le coût d'acquisition du savoir nécessaire pour voter de façon éclairée ou participer autrement à la vie politique.

Economic Inequality and Electoral Participation: A Cross-Country Evaluation
[Inégalité économique et participation électorale : une évaluation comparative des données]
Antonio M. Jaime-Castillo, Université de Grenade et Analisis Sociológicos Económicos y Políticos (ASEP) (amjaime@ugr.es)

La recherche empirique a mis en lumière une corrélation positive entre l'engagement électoral et le revenu individuel. Parallèlement, la relation globale entre l'inégalité des revenus et la participation électorale n'est pas claire. Si la plupart des études révèlent que l'inégalité a une incidence négative sur la participation, certaines n'établissent aucune relation, et d'autres suggèrent même que l'incidence peut être positive. Nous montrons dans cet article que la compréhension de cette relation exige des recherches plus pointues. Premièrement, les modes habituels de mesure de l'inégalité, tels que l'indice de Gini, ne semblent pas suffire dans ce contexte. En effet, un changement à l'indice de Gini reflète un changement au sommet ou au pied de l'échelle des revenus. Il faut donc tester d'autres modes de mesure, comme le rapport des revenus entre le quintile le plus riche et le quintile le plus pauvre. Deuxièmement, il est possible que les différences d'engagement électoral liées au revenu soient affectées par la gamme d'options politiques disponibles dans le pays et par beaucoup d'autres facteurs institutionnels dont la littérature fait état. Selon notre hypothèse, lorsqu'il existe une forte polarisation entre les partis sur des enjeux économiques et sociaux, la participation électorale augmente, car les électeurs sont fortement motivés à éviter le résultat non désiré. Pour tester ces hypothèses, nous nous sommes servis de données du CSES (phase 2), ainsi que des données globales sur des programmes politiques de chaque pays. Nous avons utilisé un ensemble de techniques à plusieurs niveaux pour comprendre l'influence de facteurs contextuels sur la participation électorale à l'échelle individuelle. Nous avons comparé ces résultats au moyen de procédures impliquant des variables dépendantes estimées. Les résultats préliminaires montrent que des mesures différentes de l'inégalité des revenus peuvent modifier considérablement la relation entre l'inégalité et la participation. Par ailleurs, le taux de participation déclaré par catégorie de revenu varie grandement de pays en pays. Enfin, il semble exister une corrélation entre les caractéristiques des partis, par exemple les divergences au sujet des enjeux économiques, et les différences entre les taux de participation par catégorie de revenu.

Voter Preregistration Programs
[Les programmes de préinscription des électeurs]
Michael P. McDonald, Université George Mason (mmcdon@gmu.edu)

Nous examinons ici les programmes de << préinscription >> de la Floride et d'Hawaii, qui permettent aux personnes admissibles de s'inscrire dès l'âge de 16 ans afin d'être déjà inscrites lorsqu'elles atteindront l'âge de voter. Des milliers de jeunes de ces États bénéficient de ces programmes, qui semblent avoir des effets positifs et durables sur leur propension à voter. D'après l'analyse des données ainsi que des entrevues avec des administrateurs électoraux, il est préférable de mettre en œuvre la préinscription dans le cadre d'un programme global d'éducation civique en milieu scolaire et de recrutement d'étudiants comme travailleurs électoraux. La préinscription connaît le maximum de succès lorsque les fonctionnaires électoraux et les éducateurs travaillent en partenariat. D'ailleurs, le bénévolat des éducateurs constitue la principale entrave à ces programmes. Au moment où l'on envisage de mettre en œuvre la préinscription à d'autres endroits, il sera sans doute avantageux d'assurer la participation des éducateurs, par exemple en faisant de la préinscription une partie intégrante d'un programme d'éducation civique obligatoire au secondaire.

Youth and Participation in the Political Process in South Asia (with a special focus on India)
[Les jeunes et la participation au processus politique en Asie du Sud (particulièrement en Inde)]
Sandeep Shastri, Université Jain et Lokniti (sshastri@eth.net)

La participation des jeunes au processus politique augmente dans les pays de l'Asie du Sud en raison du rajeunissement de leur population. Dans cette région, on entend habituellement par << jeunes >> les personnes de 14 à 34 ans. Nous tirons nos conclusions de deux études importantes : State of Democracy in South Asia [L'état de la démocratie en Asie du Sud], qui traite du Bangladesh, de l'Inde, du Népal, du Pakistan et du Sri Lanka, et l'Indian Youth Study [Étude sur la jeunesse indienne].

Nous nous intéressons au fait que le comportement des jeunes de l'Asie du Sud va à contre-courant de la tendance mondiale au décrochage politique. Non seulement ils sont très intéressés par la politique, mais cet intérêt ne décline pas avec l'âge. Leur niveau de participation à la politique sous toutes ses formes (directe, indirecte, officielle, non officielle) est raisonnablement élevé. De plus, leur confiance envers la démocratie est très élevée. Le degré d'éducation et l'exposition aux médias semblent clairement influencer leurs réflexions sur la démocratie et la politique. Nous traitons également en détail d'autres facteurs démographiques.

The Direct and Indirect Determinants of Electoral Participation: New Insight from Structural Equation Modeling
[Les déterminants directs et indirects de la participation électorale : un nouvel éclairage au moyen de la modélisation par équation structurelle]
François Gélineau, Université Laval (francois.gelineau@pol.ulaval.ca)
Alexandre Morin-Chassé, Université Laval (alexandre.morin-charre.1@ulaval.ca)

La littérature existante sur la participation électorale au Canada porte surtout sur ses déterminants individuels aux élections fédérales. La participation politique dans les provinces canadiennes a été peu étudiée. De plus, l'essentiel de ce qui a été publié laisse des questions sans réponse. Par exemple, nous savons que l'âge et le cynisme affectent la participation : les jeunes électeurs et les citoyens cyniques ont moins tendance à voter. Toutefois, il n'est pas établi que les jeunes électeurs votent moins parce qu'ils sont plus cyniques. À partir de données de sondages recueillies après l'élection de 2008 au Québec et en utilisant la modélisation par équation structurelle, nous tentons de parvenir à une compréhension élargie des mécanismes individuels de la participation électorale. L'analyse préliminaire des facteurs donne à penser que les jeunes Québécois sont beaucoup moins cyniques que leurs aînés, mais qu'ils s'intéressent peu à la politique et font peu confiance aux institutions démocratiques. Il importera de déchiffrer cette curieuse combinaison d'attitudes et d'évaluer ses répercussions sur le vote si l'on veut mieux comprendre le déclin récent du taux de participation.

Family, Religion and Electoral Participation in Canada: An Intergenerational Comparative Analysis
[Famille, religion et participation électorale au Canada : une analyse intergénérationnelle]
Livianna S. Tossutti, Université Brock (ltossutti@brocku.ca)

Au moyen des données du sondage sur la diversité ethnique réalisé en 2002 auprès de plus de 41 000 Canadiens, nous étudions le rôle des liens familiaux et religieux dans la participation électorale des Canadiens de première, deuxième et troisième génération aux niveaux municipal, provincial et fédéral. La recherche comparative suggère que l'influence de ces vecteurs de socialisation importants chez l'enfant dépend du contexte de la vie familiale et religieuse. Deux grandes conclusions ressortent de notre analyse de l'incidence de la religiosité, du comportement religieux, des rapports familiaux et de la confiance envers la famille sur la probabilité qu'une personne vote aux élections municipales, provinciales et fédérales au Canada. D'abord, l'incidence des vecteurs de socialisation varie selon les différents groupes générationnels; ensuite, les liens familiaux sont des catalyseurs de vote relativement faibles chez tous ces groupes. Dans la population générale, une pratique religieuse fréquente, solitaire ou collective, accroît la probabilité qu'une personne aille voter aux trois types d'élections, même en prenant en compte d'autres facteurs démographiques ou psychologiques reconnus pour leur influence sur la participation électorale. En revanche, le fait pour une personne d'accorder une plus grande confiance aux membres de sa famille diminue la probabilité qu'elle aille voter à une élection infranationale, toutes choses étant égales par ailleurs.